valeur du mois de mars : avoir du courage - Collèges Les Vignes
Apprendre pour être libre
01 55 70 00 17

Avoir du courage

Bien sûr, lorsque nous pensons au courage, nous viennent à l’esprit des héros qui ont fait des choses extraordinaires, accompli des missions dangereuses, sauvé les autres au péril de leur vie. Ce sont des gens formidables, courageux et admirables. Nous pensons aussi à ces aventuriers qui prennent des risques, mesurés ou inconsidérés parfois, pour dépasser un record.

Cela veut-il dire alors, que si nous ne rencontrons pas des situations exceptionnelles, nous ne serons jamais courageux? Non, heureusement, le courage n’est pas réservé à un petit nombre de héros, dans des circonstances exceptionnelles. Lisons la fable de ce mois pour comprendre ce que peut être le courage dans notre ordinaire.

A un roi qui se préoccupait beaucoup de son apparence, des charlatans commentèrent qu’ils pouvaient lui fabriquer un tissu si doux et fin qu’il n’en existait nul autre ailleurs. De plus, ce tissu était invisible aux personnes stupides et incapables de gouverner. Bien sûr, ce tissu n’existait pas mais notre roi vaniteux, peu sûr de lui, désira se faire faire une robe unique dans ce tissu précieux. Les charlatans lui apportèrent donc une robe… invisible dont il se revêtit : c’est-à-dire qu’il se retrouva nu. Il montra sa nouvelle tenue à ses conseillers qui ne voulurent ni contredire le roi ni passer pour des imbéciles et louèrent sa beauté et son élégance. Le roi voulut alors se présenter à ses sujets et sortit se promener dans la ville. Personne n’osa dire quoi que ce soit et tous saluèrent le roi comme si de rien n’était, et plus le défilé durait moins les gens ne remettaient en question la tenue du roi… Alors, un enfant apparut et commença à crier en riant : le roi est tout nu ! Grand silence dans la foule puis grand murmure autour du roi qui ne put que reconnaitre que ce que disait l’enfant était vrai… et il disparut tout honteux.

Pas toujours facile en effet de prendre la parole devant tout le monde pour dire ce que nous pensons, lorsque nous savons que nous allons à l’encontre des autres. Ce qui anime le jeune garçon de la fable, ici, c’est son inconscience tout autant que sa simplicité. Il dit les choses sans calcul, parce que c’est la vérité. Son courage réside, précisément, dans cette sincérité foncière, ce regard vrai sur la situation, qui est libérateur.

Car le courage rend libre. Il permet d’échapper aux “on-dit”, aux faux-semblants, aux idées préconçues, aux mouvements de foule, au regard des autres. Il nous pousse à approfondir, à réfléchir sur nos prises de position personnelles.

Mais plus encore que dans une parole ponctuelle, le courage se reflète dans les choix quotidiens, persévérants, dans ces petites actions de chaque jour qui nous font avancer…ou reculer. Il est dans cette énergie à poursuivre un effort, à ne pas abandonner lorsque la situation semble difficile voire perdue d’avance.

La personne courageuse, un héros formidable?

Car une personne courageuse, finalement, est moins la “grande gueule” qui parle fort pour dire ce qu’elle pense, que la personne discrète et simple, qui conduit sa vie de façon cohérente, en posant des actions conformes à ses convictions profondes, sans se laisser influencer par le plus grand nombre, mais en poursuivant sa quête de la vérité. Alors oui, la personne courageuse est bien un héros, formidable, mais pour la plupart d’entre nous, un héros du quotidien.

Ainsi, pour approfondir cette vertu, nous pouvons lire la fiche tout entière ici