Les Vignes "confinées" : travail, créativité et adaptation ! - Collèges Les Vignes
Apprendre pour être libre
01 55 70 00 17

La France à l’arrêt ? Certainement pas les collégiennes, et surtout pas aux Vignes ! En cette période de confinement hors norme, le Collège a rapidement mis en place des solutions pour assurer la continuité pédagogique des programmes et soutenir le moral des élèves. De la rigueur, de la créativité, et de l’adaptation !

Une organisation hebdomadaire bien réglée

Dès le début du confinement, l’ensemble des professeurs a mis en place de façon collégiale une méthode de travail pour les élèves. Une fois par semaine, les professeurs principaux synthétisent l’ensemble des cours de la classe et envoient aux parents une feuille de route associée. Une semaine plus tard, les élèves renvoient leurs travaux dans un fichier signé par les parents. « C’est dense et rigoureux, mais efficace », constate Elisabeth Bullier, professeur principal en 3è. Un suivi très personnalisé est aussi mis en place, le professeur principal organisant notamment des points téléphoniques avec les élèves en difficultés.

Innovation pédagogique : à chacun ses talents 

En fonction de leurs talents, leurs envies ou leurs compétences, les enseignantes inventent petit à petit de nouvelles façons de travailler. Des professeurs de langues organisent des oraux sur WhatsApp ; en mathématiques, rendez-vous sur Kwyk, un site d’exercices en ligne ; la physique passe parfois par des vidéos réalisées par Marion Janin, professeur au Collège. Enfin, un abonnement au Projet Voltaire a été proposé à l’ensemble des élèves, pour continuer de progresser en orthographe de façon ludique. Le défi dans ce contexte si particulier ? Varier le rythme et les supports, sans tomber dans le « tout écran » parfois très redouté.

Une chance pour les filles ?

Elisabeth Bullier en est convaincue : malgré les difficultés de la situation, celle-ci constitue une chance pour les élèves, notamment pour les plus âgées qui apprennent à être autonomes dans leur travail. « Certaines élèves, plus discrètes ou plus ‘artistes’, se sont d’ailleurs révélées » constate avec joie Elisabeth Bullier. Car il faut de l’audace pour avancer sur ces nouveaux chemins d’apprentissage ! La réussite de ce défi se mesurera à la capacité des élèves comme des enseignants à tenir le rythme – et le plaisir d’apprendre – dans la durée. Un pari sur l’avenir !