Valeur du mois d'avril en confinement : la prudence - Collèges Les Vignes
Apprendre pour être libre
01 55 70 00 17

Une valeur du mois d’avril qui vient nous trouver en plein confinement et en pleine Semaine Sainte : la prudence. Elle n’a rien à voir avec la frilosité, la peur de l’autre, la crainte du lendemain, l’inquiétude continuelle pour ce qui pourrait (ou non) arriver. Non, ce qui va nous occuper pendant ce mois d’avril, c’est la prudence, la « vraie », qui était une vertu très prisée dans l’Antiquité par des philosophes comme Sénèque.

Dans un petit village, un homme tous les jours va travailler à l’usine, s’arrête quelques minutes devant une boutique du village et se dirige ensuite vers son usine. Depuis plusieurs années, il agit ainsi. Un jour, le patron de la boutique s’adresse à lui et lui demande pourquoi il s’arrête ainsi tous les jours. « Vous voyez, je regarde l’horloge que vous avez en vitrine et j’y ajuste ma montre. Comme une de mes responsabilités c’est de sonner la sirène, je vérifie chaque jour pour sonner à la bonne heure… » Le patron de la boutique écoute d’abord avec curiosité puis avec étonnement. « Vous voyez, moi, cela fait des années que je règle l’horloge de ma vitrine … à la sirène de l’usine !»

Qu’est-ce que c’est ?

-Se dit de la personne qui sait demander conseil, réfléchir avant d’agir.

-Se dit de celui qui agit, une fois les choses bien pensées et réfléchies.

-Se dit d’une personne qui sait tirer une expérience des situations antérieures.

 

Pourquoi la vivre ?

-pour ne pas agir par impulsivité.

-pour ne pas se laisser influencer, emporter par des modes.

-pour fonder sa vie sur de vraies valeurs, sur ce qui compte vraiment.

 

Des idées pour la vivre…

-je réfléchis à ce que je lis, vois, dis ou entends.

-je demande conseil à quelqu’un qui peut m’aider vraiment.

-quand je ne suis pas sûre, je le dis.

-je sais me lancer même si j’ai peur.

-je me dépasse parfois et sais « prendre des risques ».

-je ne me contente pas de ce que je sais faire, j’essaye d’apprendre toujours plus.

-je tire des expériences de mes « échecs », je ne les dramatise pas.

-je suis consciente que l’on ne peut pas tout réussir tout le temps dans la vie.

-je tire des leçons et des expériences de mes erreurs.

-je sais que l’on ne « m’aime pas » que si je réussis ce que j’entreprends, l’affection de ma famille, de mes amis, … va au-delà.

-je lis les notices avant d’utiliser un nouvel appareil.

-quand je rencontre pour la première fois une personne, je ne lui livre pas toute ma vie en une seule conversation.

-je sais donner de l’importance aux petites choses.

 

Pour garder en mémoire les vertus de la prudence, télécharger ce topo ici.